Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire


Conditions de fond Couples : mariage obligatoire, 5 ans de mariage ou 30 ans tous les deux - célibataire à partir de 30 ans - possibilité d'un enfant déjà dans la famille - critères larges pour enfant à partir d'environ 5 ans ou à particularité.
Délai d'attente environ 2 ans
Séjour sur place 1 séjour court sur place - 1 semaine pour la sortie de l'enfant
Accueil sur place représentant en contact avec les institutions diverses assurant la communication entre l'institution, l'administratif et le judiciaire. Tout se fait en français.
Type d'adoption adoption plénière

La Côte d'Ivoire s'est organisée pour l'adoption sous forme d'une commission se réunissant environ tous les trimestres au sein de la direction de la Protection de l'Enfant du ministère de la Famille, de la Femme et des Affaires Sociales à Abidjan. Ce ministère - en ce qui concerne les enfants institutionnalisés - régit 4 grosses institutions dans le pays dont 3 orphelinats hors d'Abidjan. Ces institutions accueillent des enfants qui reçoivent des visites parentales, des enfants dont le statut est flou et pour lesquels les enquêtes ne sont jamais achevées, des enfants abandonnés, des cas sociaux, des orphelins, des enfants de mères mentalement malades, de parents en prison, d'immmigrés non-déclarés ou repartis dans leur pays, des enfants handicapés. Malgré le gros effort fait par les autorités en charge, certaines institutions plus que d'autres ont besoin de personnel qualifié, d'aides matérielles, de recherches ciblées sur le devenir de tous ces enfants. D'autres institutions privées existent, et échappent au contrôle public, ce qui devrait à l'avenir se modifier par de nouveaux réglements et la ratification de la convention de La Haye en construction avec les instruments qui déjà sont présents et d'autres qui sont en pleine étude.

Les enfants sont proposés en fonction des dossiers des adoptants lors de la commission qui se tient environ tous les 3 mois où siège le ministre, le comité national d'adoption, le service technique du ministère et les directeurs/directrices des institutions. Par la suite, les futurs parents sont représentés par leur avocat. Lorsque la procédure judiciaire faite par l'avocat et la procédure administrative faite par le représentant sont achevés, les parents se rendent sur place pour la sortie de l'enfant. Ils sont accueillis par le représentant et une grosse semaine suffira pour les démarches auprès du consulat belge.

Des enfants handicapés sont aussi en attente pour l'adoption avec des bilans très précis pour toute évaluation en fonction des limites de ceux qui en font la demande. Les critères de base pour adopter peuvent évoluer selon l'âge des enfants et leur particularité.

Les demandes d'adoption sont traitées chronologiquement suivant l'enfant attendu, le temps n'étant pas le même pour un enfant plus âgé, avec particularités ou en fratrie. Le comité national d'adoption répond régulièrement à ces demandes provenant de Belgique. Le travail se fait dans une collaboration efficace entre les différentes parties en charge (direction ministérielle, institutions, juges, autorité centrale de la Communauté française et organisme d'adoption) de la sortie des enfants adoptables confiés aux institutions.

L'autorité centrale communautaire a signé une collaboration officielle avec la direction de la Protection de l'Enfance à Abidjan et ce protocole est signé par les 3 parties : ACC, Service de la Protection de l'Enfance, Amarna.


top